Appui à la gouvernance locale : le PM Amadou Oury Bah lance la phase 2 du PAGL

Nommé le 17 février dernier à la Primature, le nouveau chef du gouvernement multiplie ses actions en faveur du développement socioéconomique du pays. C’est dans ce contexte qu’il a officiellement lancé ce jeudi, 14 mars 2024 le Projet d’Appui à la Gouvernance Locale (PAGL) dans sa phase 2.


Ce projet qui devra contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations à la base, à travers la prise en compte de leurs actions de développement notamment le volet d’investissement, le changement climatique, les violences basées sur le genre mais aussi l’inclusion sociale, va s’étendre jusqu’au 30 juin 2028 soit une durée de cinq (5) ans pour un financement de 81 millions de dollars US. Devant les partenaires techniques et financiers, les cadres de l’ANAFIC (Agence Nationale de Financement des Collectivités), les représentants régionaux, préfectoraux et communaux, le remplacement de Dr Bernard Goumou, a rappelé le rôle des agences de financement des collectivités locales, qui doivent être un levier extrêmement important pour que la question de la décentralisation entre dans les mentalités.

Après la phase1 (2019 -2024 ), la phase2 vient d’être lancée ce jeudi à Conakry, au Chapiteau By Issa, palais du peuple.
Dans son allocution, le Directeur général de l’ANAFIC a indiqué que ce projet qui appuie et accompagne les collectivités à la base, va en terme de nouveauté, prendre cette année en compte des préoccupations de toutes les couches sociales surtout les plus marginalisées.

« Le fond alloué par la Banque mondial va consister à améliorer la gouvernance locale au niveau des collectivités. Ce n’est pas un montant qui va pas être orienté dans la construction d’écoles, des postes de santé, mais par contre, va accompagner les collectivités qui ont déjà des ressources mises à disposition par l’État guinéen, qui a bien voulu mictualiser trois (3) fonds qui concourent à l’atteinte de l’objectif de ce projet à travers des indicateurs contenus dans ledit projet. Pour une durée de 5 ans, soit le 30 juin 2028, le projet est financé à hauteur de 91 millions de dollars US », a mentionné M. Cheik Mawa Touré.

Les mutations intervenues au lendemains du 05 septembre 2021, ont favorisé l’initiation de nombreuses réformes dans la gouvernance locale. L’une des réformes les plus marquantes selon le Secrétaire général du Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation et maître d’ouvrage du projet, c’est la désignation de l’ANAFIC comme la seule structure de financement des collectivités locales à travers le regroupement des trois (3) fonds.


« Il n’est pas superflus d’affirmer que notre politique de décentralisation constitue un modèle de gouvernance et de pratiques citoyennes qui peuvent être citées en exemple. C’est pourquoi depuis près de 25 ans, nous avons toujours continuer à bénéficier de manière continue, l’accompagnement de nos partenaires techniques et financiers à l’effet de réduire les disparités locales et promouvoir l’inclusion sociale. Et l’un des partenaires privilégiés dans ce projet, reste la banque mondiale. Après avoir obtenu 40 millions de dollars US dans sa phase 1, le PAGL2 vient d’obtenir dans sa mise en vigueur, de 81 millions de dollars US dont l’agence d’exécution est l’ANAFIC. C’est un succès dont nous devons nous réjouir et féliciter tous ceux ( cadres de l’ANAFIC, administrateurs territoriaux, les sectoriels, les ONG…) qui ont participé à la mise en œuvre. Chacun en ce qui le concerne, a été un levier important sur lequel le projet s’est appuyé pour renforcer la gouvernance locale et atteindre les résultat que l’ANAFIC vient de nous présenter », a fait savoir M. Moustapha Kobélé Keita.


Dans son discours tenu devant les administrateurs territoriaux, le Premier ministre a confié que lorsqu’on voit ce qui se passe un peu plus dans le monde notamment au Sahel, qu’une gouvernance locale, vertueuse et efficace, financée et suivie, est d’une nécessité pour permettre d’avoir la paix et la stabilité. Et donc, cette raison doit emmener l’agence ANAFIC à jouer un rôle extrêmement important qu’elle doit poursuivre.

« Suite à l’existence du PHCV le Programme d’Action Villageoise qui avait en son temps suscité de grands espoirs au niveau de certaines collectivités locales. Le Fond Nationale de Développement Local et le Fond de Développement des Communes de Conakry, doivent à partir de maintenant être un levier extrêmement important pour que la question de la décentralisation entre dans la mentalité. Vous savez qu’on hérite des habitudes et pratiques du haut en bas qui restent vivaces dans les esprits. Désormais, il faut que les bases sachent, notamment au niveau des collectivités locales, que c’est à elles de se gouverner par elles et pour elles-mêmes. D’où la nécessité de cette phase de programme de gouvernance locale phase 2. Et pour que cela puisse être effectivement possible, il faut que les gestionnaires, au niveau de ceux qui seront élus ou de ceux qui représentent les collectivités locales soient d’une capacité administrative, ménageriale et d’une capacité en terme de ressources humaines sans reproche. C’est par ce biais là que les populations se sentiront effectivement représentées et utiliseront à bon échéant les fonds qui les ont alloués(…). C’est sur ces mots que je lance officiellement le Projet d’Appldui à la Gouvernance Locale phase 2 », a mentionné le PM Bah Oury.

 

Avant de rejoindre la Primature où il devrait rencontrer les syndicalistes, le patron du palais de la Colombe a procédé à la remise des kits solaires aux représentants territoriaux qui ont pris part à cet atelier d’un jour. Des kits selon le DG de l’ANAFIC, s’inscrivent dans le cadre de la digitalisation de la gestion comptable et financière au niveau des collectivités. Interrogé après l’obtention de ces kits, le maire de la Commune Urbaine de Kissidougou, a d’abord rappelé que la première phase de ce projet a permis au collectivités d’avoir les notions sur le comment élaborer le Plan de Développement Local (PDL), en commençant par le diagnostic socioéconomique local jusqu’au comment élaborer un budget participatif.
« Ce même projet dans sa phase 2, qui a entamé par la remise des kits solaires aux différentes Comunes, est une très bonne chose que nous apprécions parce que ces kits permettront aux collectivités de se débarrasser des groupes électrogènes. Cela va va réduire les charges sur des collectivités et nous permettra aussi de pourvoir garder en toute sécurité nos documents. C’est donc un sentiment de fierté. C’est pourquoi nous remercions l’État à travers le Premier Ministre, devant lequel on s’est engagé au nom des collectivités de gérer très bien ces kits après les avoir obtenu dans ses mains », a laissé en entendre au nom de ses paires, le Maire Yomba Sanoh.

Partenaire technique et financier à ce projet depuis la première phase, la Banque mondiale a réaffirmé sa disponibilité à soutenir la Guinée dans sa dynamique de mise en œuvre du PAGL2, ceci pour consolider les progrès remarquables déjà accomplis et de faire de la Guinée un modèle régional de gouvernance locale, efficace et participative au service de ses citoyens.

Sâa Robert Koundouno

 

L’article Appui à la gouvernance locale : le PM Amadou Oury Bah lance la phase 2 du PAGL est apparu en premier sur Mediaguinee.com.