CNT : Dr Diaka Sidibé explique les avantages du Statut particulier des Institutions d’enseignement supérieur

Les membres du Conseil national de la Transition (CNT) ont adopté ce 21 juillet 2023, la Loi portant Statut particulier des institutions d’Enseignement supérieur, des instituts de recherche scientifique et des centres de documentation et d’information. Avant l’adoption de cette loi, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’Innovation, Dr Diaka Sidibé, a expliqué l’importance de cette loi. Selon elle, cette initiative du département de l’Enseignement supérieur vise à offrir de meilleures conditions de travail et à répondre aux besoins présents et futurs de la communauté universitaire et du pays dans le domaine de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

« Le diagnostic institutionnel, pédagogique et administratif des Institutions d’Enseignement Supérieur (IES), des Instituts de Recherche Scientifique (IRS) et des Centres de Documentation et d’Information (CDI) a permis d’entamer une réforme visant à adapter les programmes d’enseignement, de recherche scientifique et d’innovation aux exigences des secteurs socio-professionnels guinéens. Cette réforme englobe également la définition et l’orientation de la politique nationale de recherche scientifique et d’innovation. Pour marquer ce tournant dans le domaine de la recherche scientifique, le département a organisé récemment sa première édition de la semaine nationale dédiée à la recherche scientifique et à l’innovation, rassemblant la communauté nationale ainsi que des partenaires stratégiques de la sous-région ouest-africaine et du monde », a rappelé la ministre, avant d’indiquer que le Statut Particulier, qui concerne 18 Institutions d’Enseignement Supérieur Publics, ainsi que 32 IRS et CDI, vise plusieurs objectifs essentiels :

Favoriser un meilleur suivi des projets et programmes: En mettant en place des mécanismes d’évaluation et de suivi rigoureux, ce statut garantit une gestion plus efficace des initiatives portées par les institutions d’enseignement supérieur et de recherche scientifique.

Faciliter la mobilisation et la gestion des ressources financières extérieures: Grâce à des approches harmonisées avec les cadres globaux de la sous-région, du continent africain et du monde, les institutions pourront plus aisément mobiliser les fonds nécessaires pour soutenir leurs missions pédagogiques, académiques et de recherche.

Développer des partenariats scientifiques: La reconnaissance du caractère éminemment scientifique des projets permettra aux institutions d’établir des partenariats solides avec d’autres établissements d’enseignement supérieur et de recherche, favorisant ainsi l’échange de connaissances et l’avancement de la recherche.

Offrir des prestations de service payantes liées aux Activités Génératrices de Revenus (AGR): En permettant aux institutions de proposer des services en échange de rémunération, ce statut contribue à renforcer leur autonomie financière et leur capacité à se développer.

L’adoption de ce Statut Particulier, souligne Dr Diaka Sidibé, revêt une importance capitale pour l’Enseignement Supérieur et la Recherche Scientifique en Guinée. En garantissant donc l’application des accords de partenariats interinstitutionnels et en reconnaissant l’autonomie de gestion des structures en charge des questions pédagogiques et de recherche, ce statut permettra de renforcer le rôle des institutions dans le développement socio-économique du pays.

Il est essentiel de rappeler que les Institutions d’Enseignement Supérieur et de Recherche Scientifique ont une triple mission : offrir des formations supérieures de qualité, mener une recherche scientifique contributive au développement par la valorisation et la publication des résultats, et assurer le service à la communauté.