Conakry : tenue du Comité de pilotage du Projet d’appui au perfectionnement de l’administration publique 

Dans un réceptif hôtelier de Conakry ce vendredi 21 juillet 2023, s’est tenu le Comité de pilotage du Projet d’appui au perfectionnement de l’administration publique. C’était en présence des membres statutaires dudit Comité de pilotage, des cadres du ministère de la Fonction publique, des partenaires de l’Agence française de développement et d’Expertise France.

Au cours de la rencontre,  a été question de statuer sur la mise en œuvre du projet, de revoir les activités, de prendre des décisions fortes par rapport à la continuité du projet et aux résultats réalisés. Elle a surtout servi à valider le plan d’actions opérationnel du projet et aussi les prochaines étapes.

Selon Mme Sérégbè Keita, Cheffe du Projet d’appui au perfectionnement de l’administration publique piloté par Expertise France et financé par l’Agence française de développement, un total de 600 cadres qui seront formés à travers le pays. Pour cela, le projet va être délocalisé, en vue de former 600 cadres dans les quatre régions naturelles de la Guinée.

« Donc, on va déployer la formation sur Kindia, Labé, Kankan et Nzérékoré. Ça sera réparti par quota, soit 150 cadres intermédiaires des chefs de sections et des chefs de divisions dans ces régions-là. Parce que le ministère de la Fonction  publique a identifié que le besoin de formation des cadres intermédiaires s’impose surtout à l’intérieur pour pouvoir donner plus d’opportunités au public à l’intérieur du pays d’être plus servi par les cadres« , a-t-elle expliqué.

« Surtout, l’innovation dans ce projet, c’est la prise en compte des personnes vivant avec des handicaps. Et ça, c’était une préoccupation majeure pour pouvoir atteindre l’équité au sein des services. Surtout, il y a un module qui va être dispensé : c’est le module qui concerne l’éthique« , a poursuivi la Cheffe du Projet d’appui au perfectionnement de l’administration publique.

Pour sa part, le Secrétaire général du ministère du Travail et de la Fonction publique a indiqué que c’est la première réunion du comité de pilotage du Projet d’appui au perfectionnement de l’administration publique, et qu’au cours de celle-ci, il a été question de présenter le projet dans ses différentes composantes, de présenter le rapport d’étape ainsi  que les activités qui ont été réalisées et celles en cours.

Présenter et valider les plans d’actions opérationnels des différentes composantes. Et, à voir s’il y a éventuellement des difficultés dans la mise en œuvre de certaines composantes pour que nous en tant que comité de pilotage nous puissions agir pour lever d’éventuels obstacles à la mise en œuvre des différentes composantes.

« (…). Tous ceux qui aspirent à gérer la Fonction publique doivent normalement passer par l’INFP. Donc, nous voulons, comme ça se fait dans certains pays, que l’élite de l’administration publique guinéenne soit désormais formée à l’INFP », a affiché M. Aboubacar Kourouma.

A l’en croire, le projet, dans sa composante 3 qui n’est  pas d’abord mise en œuvre, consiste à la formation de 600 cadres intermédiaires de l’intérieur du pays.

« Puisque que nous souhaitons, quand on va faire les réformes de la gestion des ressources humaines de l’État dans la composante 1, quand on va renforcer l’institut national de formation, le positionner comme véritable centre de formation de l’élite. Nous souhaitons renforcer les capacités de nos collègues qui sont à l’intérieur du pays », a confié le Secrétaire général du ministère du Travail et de la Fonction publique.