Egypte: vie d’enfer des Guinéens, plus de 1000 ressortissants veulent retourner au bercail

Commencée le début du mois de novembre 2023, cette opération d’arrestation et d’incarcération, a atteint  un niveau virale sur la communauté africaine d’Égypte.
Le pays des Pharaons, dans son plan d’action annuel, d’arrestation et d’incarcération de la communauté étrangère non régulière sur son sol, a entamé cette pratique regrettable le  1er novembre 2023, sans aucun préavis ni lettre d’information adressée aux représentations diplomatiques indiquant la mise en place de la police d’immigration, pour l’arrestation, l’incarcération et le rapatriement de tous les étrangers qui n’ont pas la carte de séjour sur son territoire.
Auparavant, une note d’information est  venu du Conseil des Ministres, informant la communauté étrangère, de régulariser leur statut d’ici le 13 Mars 2024. À défaut de ça, une opération d’arrestation sera mise en place, pour arrêter et incarcérer les non réguliers sur son territoire. Ce qui était devenu viral sur les réseaux sociaux et qui est devenu une triste réalité.
Depuis ce jour, jusqu’à cette date, des milliers d’étrangers notamment des Guinéens, sont arrêtés et incarcérés dans les prisons égyptiennes.
Les Guinéens en Égypte sont devenus la cible de cette opération policière.
Pourtant, les relations de coopération et diplomatiques qui existent entre la République de Guinée et la République Arabe d’Égypte depuis 1960, indiquant les bons traitements de nos concitoyens, sont bafouées et ridiculisées par la police égyptienne.
Au jour d’aujourd’hui, les prisons égyptiennes sont remplies de Guinéens emprisonnés et incarcérés.
Les centres de détentions sont devenus les lieux de passage des Guinéens.
Du 1er novembre 2023 à ce jour, aucun jour ne passe, sans que 3 ou 4 Guinéens ne soient arrêtés ou incarcérés.
LAmbassade de la République de Guinée au Caire et le Bureau Exécutif du Conseil des Guinéens d’Égypte, sont à pied d’œuvre, pour désamorcer cette situation et remontent à chaque instant, l’information à la haute autorité de la Guinée.
Les cent (100) Guinéens arrêtés (la plupart sont des filles), 45 personnes sont déjà rentrées en Guinée, grâce aux billets d’avion payés par les parents des détenus et aux bonnes démarches menées par l’Ambassade et le Bureau du Conseil.
Les restes qui continuent à séjourner dans les geôle  égyptiennes, attendent leurs billets d’avion pour être rapatriés en Guinée.
Les centres de détention égyptiens, situés au Caire comme :
■ Commissariat de *SHEIK ZAYED*;
■ Commissariat de *FAYSAL*
■ Commissariat de *TALBIA* dans (Haram);
■ Commissariatde *GIZA*;
■ Commissariat de *MOCATAM*;
■ Commissariat de *DAR_ES_SALAM*;
■ Commissariat de *MAADI*;
■ Commissariat de *AIN SHAMS*;
■ Commissariat de *NASER CITY*;
■ Commissariat de *NEW CAIRO*: *TAGAMOU 1, 2, 3, 4 et 5*, et les Commissariats d’Alexandrie, 2ème capitale égyptienne, située à 200 km du Caire, sont les lieux d’emprisonnement et d’incarcération des Guinéens arrêtés en Égypte.
Pour se mettre à l’abri de cette situation malheureuse, l’Ambassade de la République de Guinée au Caire, a procédé à la Chancellerie, à un recensement général de tous les Guinéens qui désirent rentrer définitivement en Guinée.
En trois (3) semaines de recensement, plus de mille (1000) ressortissants guinéens vivant en Égypte, ont exprimé leur souhait de retourner au bercail, et attendent impatiemment, l’arrivée d’un vol affrété par le Gouvernement guinéen, pour quitter l’enfer égyptien.

L’article Egypte: vie d’enfer des Guinéens, plus de 1000 ressortissants veulent retourner au bercail est apparu en premier sur Mediaguinee.com.