Fête internationale des droits des femmes : L’investissement pour l’égalité de chances au cœur de la célébration

A l’instar des autres pays, la Guinée célèbre la femme le 8 mars de chaque année. Selon le Secrétaire général du ministère en charge de la Promotion féminine, après N’Zérékoré en 2023, c’est la ville de Kindia qui va abriter la célébration du 8 mars 2024. Le thème retenu cette année est « l’investissement en faveur de l’égalité de chances« .

Pour Yassy Roger Klonon, Kindia a été choisie à cause de sa proximité mais aussi par le fait qu’elle offre un panel de carrefours qui permettent de réaliser ces activités. Pour ce qui est du choix du thème poursuit-il, « le monde entier s’est accordé qu’en 2030, le droit des femmes et les hommes seront égaux. Mais dans la réalisation de ces droits, il reste encore beaucoup d’inégalités. Dans le cas de la Guinée, vous avez le taux de scolarisation des filles qui est faible par rapport au taux de scolarisation des garçons.

Nous avons la pauvreté qui frappe les femmes plus que les hommes, même l’incendie qui a eu lieu à Coronthie a touché plus de femmes que d’hommes. Donc à tous les aspects de la vie, l’inégalité existe encore.

 Si nous voulons arriver à trouver l’équilibre qu’il faut, nous devons investir en la femme, sur les mesures qui les permettent aux femmes de s’en sortir. C’est pour cela que le thème cette année est axé sur l’accélération du processus d’égalité entre hommes et femmes d’ici 2030. Nous avons foi en la disponibilité des femmes de Kindia dans ce sens.« 

A quelques jours de la célébration de la femme, le Secrétaire général du ministère de la Promotion féminine pense que tout est mis en place pour offrir une des journées les plus mémorables. La particularité de cette année, dit-il, d’abord, des dialogues inter-féminins ont été organisés pour sensibiliser les femmes sur l’importance de la journée.

Ensuite, des mesures ont été mises en place pour que les femmes de toutes les localités puissent fêter de manière grandiose au niveau des différents Gouvernorats et préfectures. Enfin, au cours de la journée, l’opportunité sera donnée aux groupements qui ont bénéficié de l’accompagnement du président en 2022, de présenter les résultats de leurs initiatives.

« Cette année, ce ne sont pas seulement les femmes de l’administration ou de la préfecture mais l’ensemble des femmes des localités vont rallier les préfectures pour fêter et suivre en direct le message du président si la technologie nous permet. Des arrangements sont faits dans ce sens.

Et compte tenu des événements douloureux que nous avons connus ces derniers temps, nous pensons que l’occasion est belle pour que le président puisse communier avec les femmes. Il va y avoir deux porte-paroles de femmes à Kindia, à savoir celles qui sont dans l’agriculture et celles qui sont dans l’artisanat« , a-t-il fait savoir.

Par ailleurs, le Secrétaire général a aussi précisé que la journée du 8 mars n’est pas une journée au cours de laquelle on doit faire de bienfaisance aux femmes. Mais plutôt une journée au cours de laquelle les femmes doivent s’affirmer. C’est pourquoi, il estime qu’il faut qu’à la dimension des autres États, que la société civile prenne le relais en s’investissant dans l’organisation de leur journée.

Par ce que, dit-il, « l’investissement est là mais c’est le rythme qui n’est pas soutenu en termes d’égalité. C’est pourquoi la communauté internationale a pensé qu’il faut accélérer« . Enfin, dit-il, la Guinée n’a pas de journée nationale de la femme comme dans d’autres pays. C’est pourquoi le Secrétaire général invite tout un chacun à la réussite de l’unique journée qui célèbre la femme.