Guidhô Fulbhè à la barre : « je me sens trahi par nos avocats »

Accusés de « tentative d’attentat et de complot contre la République, ainsi que de complicité », le jeune blogueur, Mamadou Baïlo Diallo alias Guidhô Fulbhè et ses complices, ont comparu devant le tribunal criminel de Kaloum ce vendredi 19 avril 2024. Cependant, leurs avocats, Me Alpha Amadou DS BAH, Me Salifou Béavogui et Me Alseny Aïssata Diallo, ont tous boycotté l’audience du jour en raison de non-paiement de leurs honoraires, ont indiqué les accusés dans la salle d’audience.

À l’ouverture de l’audience, le juge Aboubacar Tiro CAMARA a demandé aux prévenus s’ils étaient assistés par des avocats. En l’absence de ces derniers, il les a informés qu’ils pourraient bénéficier de l’assistance d’avocats commis d’office. Les accusés ont ensuite expliqué à la barre les raisons de l’absence de leurs conseils.

Guidhô Fulbhè a demandé au tribunal de lui désigner un avocat commis d’office, déclarant se sentir trahi par ses avocats le paiement de leurs honoraires. « Nous les avons informés que notre audience aurait lieu aujourd’hui, mais je ne sais pas pourquoi ils sont absents. J’ai envoyé de l’argent pour couvrir leurs frais de déplacement. J’ai appris qu’ils réclament des honoraires impayés. J’ai demandé à ma femme de vérifier combien nous leur devons. Nous avions payé. Ils (nos avocats) affirment toujours qu’il reste une facture impayée. Je me sens trahi par nos avocats. Si possible, je demande au tribunal de me désigner un autre avocat commis d’office », a-t-il expliqué.

Un autre accusé, Mamadou Lamarana Guessé Diallo, a demandé au tribunal de leur accorder cette semaine pour discuter avec leurs avocats. « Nous demandons au tribunal de nous accorder cette semaine pour discuter avec nos avocats concernant les honoraires impayés. Si nous ne parvenons pas à nous entendre, le tribunal pourra prendre une décision quant à la désignation d’un avocat d’État. Je suis entièrement à votre disposition », a-t-il sollicité.

De son côté, le Ministère public, représenté par Issouf Fofana, a fait des observations. Il a suggéré aux accusés de trouver un terrain d’entente avec leurs avocats. « J’ai discuté avec Me Salifou Béavogui et ses confrères, ils ne m’ont pas parlé d’honoraires impayés. Leur absence est due à une assemblée générale de tous les magistrats. Me Béa voulait que Me Alseny Aïssata soit présent, mais lui aussi est absent. Bien que les accusés soient déçus, ils doivent comprendre qu’ils ont de bons avocats. Pour éviter tout retard dans cette affaire, il serait préférable d’attendre leurs avocats. Si le tribunal désigne un autre avocat, l’affaire devra être reprise, ce qui ne serait pas dans l’intérêt des accusés », a-t-il suggéré au tribunal.

Constatant l’absence des avocats des accusés, le juge Aboubacar Tiro CAMARA a renvoyé l’affaire au 26 avril 2024 afin que les accusés soient assistés par leurs avocats.