Kindia : la ville en ébullition, EDG attaquée, routes bloquées, une fille touchée…

Les manifestations signalées dans la nuit d’hier lundi contre le manque de courant électrique se poursuivent dans la commune urbaine de Kindia, chef-lieu de la Basse Guinée. Ce mardi, 12 mars 2024, les jeunes en colère contre les autorités militaires au pouvoir ont érigé des barricades dans plusieurs quartiers avant de s’attaquer à la société Électricité de Guinée (EDG).

Au quartier Gare en passant par Condetta 3 jusqu’au district de Mangoya sur la nationale numéro 1 Kindia-Mamou tout est barricadé. Des jeunes en colère contre EDG et le CNRD déplorent la desserte du courant électrique. A la Gare, au centre urbain, la route principale est barricadée. Des jeunes sont arrêtés de partout avec des cailloux.
« Nous avons commencé depuis hier. On ne manifeste pas pour autre chose, nous voulons qu’il y ait le courant dans nos maisons. Surtout en ce mois de ramadan, nous souffrons énormément, nos mamans souffrent. On se demande pourquoi ils coupent le courant. Cela a duré, il y a de cela plusieurs mois il n’y a pas de courant dans les ménages et même en ce mois de ramadan, c’est grave. Donc nous sommes sortis pour qu’ils (dirigeants)nous aident à avoir le courant sinon nous allons rester ici jusqu’à nouvel ordre », a martelé un jeune manifestant entouré de ses collègues au quartier Gare.
« EDG zéro”, « Préfet zéro » « Mamadi Doumbouya zéro » sont entre autres slogans hostiles scandés à l’égard de la société Électricité de Guinée (EDG) et le Général Mamadi Doumbouya.
A Condetta 3 où l’accès est difficile, des troncs d’arbres et des gros cailloux sont mis partout. L’un des meneurs de cette manifestation en colère s’est exprimé en ces termes : « Nous sommes à Condetta ic, c’est une affaire de Kindia et de la Guinée, une affaire de nos mamans mais aussi des fidèles musulmans. On a commencé hier parceque nous n’avons pas pu faire le nafila. Nous on croyait que c’est une panne, mais avant le 8 mars, le courant a fait trois jours ici parce que Doumbouya était annoncé. C’est après ça on a compris que ce n’était pas une panne. Alors que c’est hier que j’ai payé notre facture d’électricité à 600.000 fg. Ce n’est pas Doumbouya qui a payé ça pour nous. Nos mères souffrent, les forages fonctionnent à l’aide du courant, on n’arrive même pas à avoir l’eau. Nous ne sommes pas habitués à ça, qu’ils nous aident à avoir le courant. Kindia est proche de la capitale Conakry mais il n’y a rien à Kindia, pas de goudron rien et depuis que Doumbouya est venu, nous nous n’avons rien bénéficié ».
Au quartier Sambaya en passant par Wondy, les routes sont barricadées également. Sur la nationale numéro 1 Kindia-Mamou, un gigantesque embouteillage s’est formé, pas de passage. Des gendarmes et policiers sont sur le terrain pour déguerpir les grognards. Ils font usage de gaz lacrymogènes.
Dans Sambaya profond, des jeunes en colère ont vandalisé le bâtiment de la brigade de police de proximité. Au centre urbain, ils se sont attaqués à la société EDG Kindia. Le marché est quasiment vide et les militaires font usage de gaz lacrymogènes. Une fille a été touchée et conduite à l’hôpital régional de Kindia.
Aboubacar Dramé, correspondant regional à Kindia
+224 623 08 09 10

L’article Kindia : la ville en ébullition, EDG attaquée, routes bloquées, une fille touchée… est apparu en premier sur Mediaguinee.com.