Kindia : l’Inspecteur régional de l’Urbanisme et de l’Habitat apporte des précisions sur la récupération des domaines de l’Etat

Initié par l’Etat et piloté par par le ministère de l’Urbanisme de l’Habitat et de l’Aménagement du Territoire chargé de la récupération des domaines spoliés de l’Etat, le projet de construction des cités des fonctionnaires tarde à être une réalité dans la region administrative de Kindia. Les bâtiments qui doivent être réhabilités pour servir de logements aux fonctionnaires de l’Etat libérés autrefois, ont été à nouveau occupés par les citoyens. Que se passe-t-il autour de ces domaines de l’Etat dans la région ? Pourquoi un bâtiment a-t-il été décoiffé? L’inspecteur régional de l’Urbanisme de l’Habitat et de l’Aménagement du Territoire de Kindia, chargé de la récupération des domaines spoliés de l’Etat a apporté des précisions sur ces inquiétudes des citoyens.
Comme la plupart des préfectures de la république de Guinée, ce projet touche trois préfectures dans la région administrative de Kindia, à savoir Coyah, Forécariah et Kindia. Seulement si l’information et la sensibilisation ont permis à un moment donné aux occupants de ces domaines de l’Etat de quitter, ils se sont encore réinstallés dans ces bâtiments. Une situation qu’explique Malick Marcel Bangoura, Inspecteur Régional de l’Urbanisme de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire de Kindia, chargé de la récupération des domaines spoliés de l’Etat.  « Effectivement dans la région de Kindia, il y a trois préfectures qui sont concernées par le projet. Il y a Coyah, Forécariah et Kindia. Le projet est axé sur la construction des cités des fonctionnaires. Dans les temps, il y avait ces cités qui existaient, qui permettaient aux administrateurs qui sont à l’intérieur du pays, des services déconcentrés qu’ils soient logés quelque part mais des bâtiments de l’Etat. Donc c’est ce projet qui a été activé pour qu’on puisse procéder à une sorte de réhabilitation de ces cités des fonctionnaires. C’est le message-là qui a été donné en tant que autorités régionales qu’on est en train de  mettre en exécution. Le message qui nous a été donné demandait à ce que tous les occupants de ces cités des fonctionnaires soient sensibilisés et informés sur le contenu du projet. Donc après sensibilisation, il va sans dire que l’opération allait commencer et le programme a été donné, la date butoir c’était le 30 mars 2024 », a-t-il expliqué.
Ces bâtiments de l’Etat se trouvent au centre-ville de Kindia. Sur le terrain un bâtiment occupé par un responsable de la santé a été décoiffé et il a fallu l’implication du procureur de la République près le tribunal de première instance de Kindia, a indiqué Malick Marcel Bangoura. « Nous on a commencé très tôt la sensibilisation pour que les gens puissent libérer mais tout en déposant les documents qu’ils ont afin qu’on puisse éventuellement faire la part des choses. Ce  qui a été fait. Maintenant, il fallait prendre les devants. Dans cela, un cadre de la préfecture qui se rend coupable parce qu’il occupe un bâtiment de l’Etat et qu’il a été demandé à ce dernier comme à limage des autres de libérer et qu’il procède à une destruction d’un lieu public parce qu’après quand on occupe un poste de responsabilité et qu’on occupe un bâtiment de l’Etat, cela ne veut pas dire qu’avant de quitter de décoiffer le bâtiment parce qu’après c’est d’autres personnes qui viendront occuper . C’est vrai que la démolition n’a pas eu lieu à la date indiquée donc, l’autorité en la personne le procureur de la République a constaté les faits et il l’a interpellé, on lui a expliqué pour qu’il puisse toute suite remettre les tôles, ce qui a été fait », indique-t-il.
Poursuivant, ce responsable de l’inspection de l’Urbanisme de l’Habitat et de l’Aménagement du Territoire de Kindia, chargé de la récupération des domaines spoliés de l’Etat ajoute: « Ce qu’il faut retenir par rapport à un domaine de l’Etat, si il vous a été autorisé à un moment donné d’occuper, c’est toujours provisoire. À un moment donné, si l’Etat a besoin de son domaine pour récupérer, il va sans dire que tous ceux qui occupent seront sommés de quitter . Si vous vous opposez, on procédera à ce qu’on appelle un déguerpissement . Donc tous ceux qui sont sur le site et qui ont occupé, ce n’est pas par le truchement de quelque chose ou quoi, ils peuvent envoyer leurs documents pour qu’on puisse vérifier si c’est l’Etat aussi qui vous a accordé jusqu’à un délai. Si le délai-là n’est pas expiré , il y a toute une procédure pour cela pour que vous puissez libérer »,  ajoute-t-il.
Aboubacar Dramé, correspondant regional à Kindia
+224 623 08 09 10

L’article Kindia : l’Inspecteur régional de l’Urbanisme et de l’Habitat apporte des précisions sur la récupération des domaines de l’Etat est apparu en premier sur Mediaguinee.com.