Lansana Kouyaté sur le décès de Mory Djely : ‘’La mort est vraiment bête, elle emporte ceux qui, parfois, sont les plus utiles’’

‘’Toute âme goûtera la mort’’. Oui, vous l’avez compris, c’est toute la culture guinéenne qui est en deuil suite au décès de Mory Djely Deen Kouyaté. La triste nouvelle est tombée ce samedi 22 juin 2024. Le grand baobab s’est écroulé. Il a baissé les yeux pour ne plus jamais les rouvrir dans ce bas monde.

Après avoir lutté longtemps contre elle depuis janvier 2016, la maladie, l’envoyé spécial de Dieu a fini par avoir raison sur la voix légendaire de la musique guinéenne, qui a bercé, motivé et inspiré de nombreuses générations. Suite à la disparition de ce grand baobab de la culture guinéenne, les acteurs politiques du pays ne sont pas restés en marge pour faire leurs témoignages. C’est le cas du président du PEDN, Lansana Kouyaté, qui, visiblement triste, a quand même prononcé quelques mots pour immortaliser ce grand homme.

‘’Je suis triste autant que beaucoup de Guinéens, sinon tous les Guinéens. Ce n’est pas seulement parce qu’il nous égayait avec sa musique, avec sa mélodie, mais c’est parce qu’il était aussi un homme affable, qui cherchait à connaître, qui cherchait à comprendre. Mory Djely est né en 1968 et vient de mourir ce samedi 22 juin 2024. Il aura vécu à-peu-près à l’âge moyen de l’espérance de vie du Guinéen.

Mais vous savez, la mort est vraiment bête, elle emporte ceux qui, parfois, sont les plus utiles. C’est la volonté de Dieu, c’est vrai. Mais on aurait tellement souhaité continuer à l’entendre’’, a déclaré l’ancien premier ministre, qui revient sur l’identité artistique du défunt.

‘’Il était compositeur, arrangeur, auteur. Et je crois qu’il n’a pas choisi de continuer ses études à cause de la musique. Cette musique qui va du mandingue à tout genre de musique afro-cubaine et autres. Même parfois, ce que beaucoup ne soupçonnent pas, les musiques qui n’ont plus pignon sur rue. Le Djerk, il connaissait tout. J’ai souvent discuté avec lui et il m’a fait sortir des expressions que je n’entendais plus depuis des années sur la musique. Mais en même temps, Mory Djely était un homme, un homme qui, au-delà de la musique, cherchait à comprendre les choses de la vie.

Une fois, il était chez moi, ici, et en parlant, je lui ai dit, ‘Si tu vois la gouttière courir pour rentrer dans le feu, c’est que ce qui le poursuit est plus dangereux que le feu’. Mais il a introduit ça dans une de ses musiques. Moi-même, j’étais étonné, parce que c’était en parfaite adéquation. Voilà ce que je retiens de l’homme’’, a-t-il ajouté.

En cette douloureuse occasion, Lansana Kouyaté n’a pas manqué de présenter ses condoléances les plus attristées à la famille biologique et à celle professionnelle du défunt, avant de lancer une invite aux autorités, de faire tout leur possible pour que le corps soit enterré dans sa Guinée natale qu’il a tant adorée.

‘’Autant sa famille d’origine de Siguiri que sa famille, ceux qui l’ont adopté à Kankan, où très jeune, il a commencé véritablement la musique, il a partagé aussi la vie avec de grands artistes. Je ne me limiterai qu’à Tiken Jah Fakoly, avec qui, il a eu des atomes crochus. Il me l’a dit lui-même. Tiken, je ne le connais pas personnellement, physiquement, mais on sait que c’est une icône, n’est-ce pas, de la musique africaine. Mory Djely n’était pas qu’artiste. D’ailleurs, s’il n’était que ça, l’artiste a toujours le cœur généreux, il était généreux. Il est mort loin de nous. La maladie a été d’abord handicapante pour lui, parce que sa musique exige un souffle qui ne peut pas aller avec la maladie qu’il portait. Donc, il est mort loin de nous, en France. Je souhaite que tout soit mis en œuvre pour que son corps revienne et que toute la mémoire de Saint-Meloumane soit réveillée par l’arrivée de son corps’’, a-t-il formulé.

Né en 1968 à Siguiri, en Haute Guinée, dans une famille de griots (djélis), Mory Djély Deen Kouyaté débute sa carrière musicale à Kankan, alors qu’il n’avait que 15 ans. Élevé par sa marâtre, il n’a pas poussé les études, bien qu’il soit le fils d’un intellectuel.

 

Gnama KABA, pour Lerevelateur224.com.

(+224) 625 245 635

L’article Lansana Kouyaté sur le décès de Mory Djely : ‘’La mort est vraiment bête, elle emporte ceux qui, parfois, sont les plus utiles’’ est apparu en premier sur lerevelateur224.