Les médecins chinois à l’étranger continuent d’adhérer à leur intention originelle de bienveillance au profit des populations locales

Yang Yanfan, journaliste au Quotidien du Peuple

Cette année marque le 60e anniversaire du premier envoi d’une équipe d’aide médicale chinoise à l’étranger. Au fil des années, les membres des équipes médicales chinoises ont bravé les épreuves, protégé la santé de la population locale, servi chaque patient avec bienveillance et compétence, enseigné aux gens « comment pêcher » et favorisé le développement de la technologie médicale locale, ce qui leur a valu d’être salués par des gens du monde entier.

Wang Zhenchang, qui dirige le 24e groupe des équipes d’aide médicale chinoise à la Guinée, chef de l’équipe nationale d’experts en prévention et contrôle d’Ebola et vice-président de l’Hôpital de l’Amitié de Beijing, a rappelé que lorsque l’équipe médicale est partie en août 2014, c’était le point culminant de l’épidémie d’Ebola dans le monde. Un moment sombre.

« Ce processus fut effrayant et inquiétant, mais il me donne aussi un sentiment d’honneur et d’accomplissement » », a déclaré Wang Zhenchang. Face à l’épidémie d’Ebola, personne dans l’équipe médicale n’a reculé : après leur arrivée, ils ont mené des recherches, des analyses et des travaux sur des points d’assistance spécifiques pour la prévention et le contrôle d’Ebola. Le gouvernement guinéen a reconnu en termes particulièrement élogieux le travail de l’ensemble de l’équipe médicale et de l’équipe chinoise de prévention et de contrôle d’Ebola. Pour cela, l’équipe médicale et l’équipe de prévention et de contrôle ont reçu la « Médaille de la République de Guinée » pour la première fois dans l’histoire de l’aide à la Guinée.

Liu Chun, médecin en chef de l’hôpital affilié de l’Université de médecine traditionnelle chinoise de Changchun, capitale de la province du Jilin (nord-est de la Chine) a pour sa part déclaré que la médecine traditionnelle chinoise est une caractéristique distinctive de l’équipe d’aide médicale chinoise au Koweït. De 1999 à 2010, elle s’est rendue trois fois dans l’émirat pour participer à des travaux médicaux d’aide étrangère. Au cours des six années d’aide au Koweït, elle a soigné plus de 6 000 patients.

« Quand je suis arrivé au Koweït, les habitants avaient très peu de connaissances en acupuncture et ils étaient sceptiques quant à la capacité des petites aiguilles en argent à traiter les maladies », se souvient Liu Chun. Plus tard, l’équipe médicale a fait la promotion des méthodes de médecine traditionnelle chinoise auprès des patients en pratiquant l’acupuncture, les ventouses, l’application de points d’acupuncture et d’autres méthodes de traitement caractéristiques de la médecine traditionnelle chinoise. Certains patients sont même devenus de bons amis de l’équipe médicale et des « fans de la médecine traditionnelle chinoise » après leur traitement. Grâce au bouche-à-oreille, de plus en plus de personnes viennent se faire soigner dans la clinique de médecine traditionnelle chinoise.

Zhu Huifang, directeur du département de soins infirmiers de l’hôpital de médecine traditionnelle chinoise de Huzhou, dans la province du Zhejiang (est de la Chine), a participé à deux reprises à des équipes médicales d’aide étrangère et a travaillé à l’Hôpital de l’amitié sino-africaine et à l’Hôpital du Mali avec l’aide du gouvernement chinois pendant trois ans et demi au total. Elle est affectueusement appelée « Maman chinoise » par les enfants locaux en Afrique.

Un jour, un jeune Malien de 16 ans a eu un accident de voiture alors qu’il se rendait à l’école, entraînant des lésions aux vertèbres cervicales et à la moelle épinière. Il aimait à l’origine les arts martiaux et les sports chinois. Confiné sur son lit pour récupérer, il était naturellement d’humeur très déprimée. Zhu Huifang venait avec les infirmières maliennes nettoyer ses blessures et changer ses pansements. Elle restait devant son lit pendant un certain temps chaque jour pour l’encourager à avoir confiance en son rétablissement. Après deux mois et demi de soins attentifs, son état de santé s’est amélioré et son humeur s’est progressivement améliorée.

« Une fois, lorsque le jeune garçon est retourné à l’hôpital pour un examen, il a été interviewé par les médias. Il a regardé la caméra et a dit : « Voici ma mère chinoise ». Nous sommes toujours en contact jusqu’à présent, et il est devenu étudiant au Mali », a confié Zhu Huifang, ajoutant « lorsque ces enfants africains timides et apeurés qui m’étaient autrefois étrangers sont devenus des visages familiers, et se sont même blottis dans mes bras et m’ont appelé « Maman, Maman », je me suis senti à la fois soulagée et un peu émue, avec un sens des responsabilités au plus profond de mon cœur ».

Le père de Mei Xueqian, médecin-chef adjoint du département de chirurgie cardiothoracique de l’hôpital populaire d’Anyang, dans la province du Henan (centre de la Chine), Mei Gengnian, dirigea la première équipe médicale chinoise venue en aide à l’Éthiopie. Il est décédé dans l’exercice de ses fonctions en Éthiopie le 11 août 1975 et a été enterré là-bas. « En Afrique, mon père a utilisé son expertise professionnelle pour soigner de nombreux patients africains et a été félicité et reconnu par le gouvernement local ». Plus tard, Mei Xueqian est devenu membre du 10e groupe d’équipes d’aide médicale chinoise à l’Éthiopie. « En ce qui me concerne, j’ai l’idée d’achever le travail inachevé de mon père. En tant que médecin, je veux aussi servir la population locale en Éthiopie ».

« Pour améliorer véritablement le niveau des soins de santé, il ne faut pas seulement donner des poissons aux hommes, mais il faut plutôt leur apprendre à pêcher », a déclaré Wu Dexi, membre des deuxième, troisième et quatrième groupes d’équipes d’aide médicale chinoise à la République dominicaine et directeur adjoint du département de cardiologie du premier hôpital affilié à l’université Sun Yat-sen du Guangdong (sud de la Chine).

À l’Hôpital de l’amitié sino-dominicaine, Wu Dexi a dirigé de nombreuses conférences sur le domaine cardiovasculaire, des séances d’enseignement clinique et des discussions de cas multidisciplinaires, démontrant et enseignant de nouvelles technologies afin que les médecins locaux puissent maîtriser les nouvelles technologies, connaissances et concepts. Dans le même temps, la construction de disciplines locales basées sur les conditions locales a été encouragée, le premier département de médecine cardiovasculaire a été créé et la mise en œuvre de projets de coopération sino-dominicains a été soutenue.

« De nombreux patients et leurs familles sont devenus de très bons amis avec moi. « Même si les pays ont des frontières, les médecins eux n’ont pas de frontières ». Cette expérience précieuse et inoubliable m’a permis de mieux comprendre les responsabilités et la mission des médecins. Je continuerai à adhérer aux aspirations originelles des médecins, protéger la santé des gens et apporter de nouvelles contributions dans la promotion de la coopération et des échanges dans le domaine de la santé entre la Chine et la République dominicaine », a déclaré Wu Dexi.