Ramadan : Conakry a passé une nuit violente dans beaucoup de ses quartiers

Nuit longue et violente dans plusieurs quartiers de Conakry. La capitale guinéenne plongée dans le noir au 3è jour du ramadan a réveillé les vieux démons.
Bonfi, Matam et aussi Dabondy dans la commune de Gbessia mais également Hamdallaye ont enregistré des moments d’intenses violences. Les jeunes surchauffés ont brûlé des pneus, vider des poubelles dans la rue, provoquant ainsi la réaction musclée des forces de l’ordre qui ont tiré des gaz lacrymogènes pour disperser la foule de jeunes. Dans la haute banlieue à Lambanyi, Kissosso, jusqu’à Sonfonia, l’ambiance était électrique.

La société Électricité de Guinée (EDG) s’est rapidement fendue d’un communiqué sur sa page Facebook annonçant une panne géante sur un pylône de haute intensité à Manéah.

« A 17h30, EDG a enregistré un déclenchement sur le système KALETA-SOUAPITI suite à un incident sur un pylône de Haute Tension à Manéah.
La reconstitution de réseau électrique du système interconnecté de Conakry se poursuit et les quartiers seront progressivement alimentés.

EDG s’excuse des désagréments occasionnés indépendamment de sa volonté et elle sait compter sur la bonne compréhension de chacun et de tous ».

Selon plusieurs citoyens, la nuit fut très agitée à Conakry et environs. Pour le moment, aucun bilan sur les affrontements d’hier nuit.

La veille, le Premier ministre Amadou Oury Bah, face à la presse, a donné les raisons fondamentales des coupures répétées d’électricité en Guinée.
« Premièrement, les barrages n’ont plus suffisamment d’eau pour différentes raisons et ceux qui font les voyages autour du barrage de Kaleta et Souapiti pourront témoigner que le niveau d’eau est particulièrement bas. Continuer à utiliser cette eau est un risque de rendre inutilisable le barrage et ça serait une grande perte pour la communauté nationale et pour le patrimoine en termes d’infrastructures de notre pays. Donc de ce point de vue, le niveau d’eau a atteint une côte d’alerte qui oblige à agir avec parcimonie jusqu’à ce que la situation puisse s’améliorer.

Deuxièmement, les conséquences de l’explosion du dépôt de carburant a un effet qui impacte d’une manière ou d’une autre l’approvisionnement en carburant de l’ensemble des installations qui fonctionnent avec, que ça soit le mazout , l’essence ou le gazoil. Là aussi nous sommes impactés.

Troisièmement, ce qui est une conséquence de tout cela, nos finances publiques connaissent des pressions extrêmement importantes pour la satisfaction des besoins extrêmement importants de la population. À titre d’exemple, pour que tous les Guinéens le sachent, si par exemple l’État guinéen engrange une recette de 3 mille milliards de francs guinéens, tout ce montant-là est englouti dans l’électricité. Ce qui fait que nous sommes dans une situation financière particulièrement tendue et comme vous pouvez le constater cela ne peut pas continuer ainsi », a déclaré le chef du gouvernement.
Ousmane Camara 

 

 

L’article Ramadan : Conakry a passé une nuit violente dans beaucoup de ses quartiers est apparu en premier sur Mediaguinee.com.