Retraite gouvernementale à Kanaks : cette photo du PM Bah Oury qui enflamme la toile

Ceci a tendance à devenir une tradition. Les hauts perchés de l’État, notamment les ministres et les Secrétaires généraux de leurs départements respectifs, depuis l’avènement du CNRD, sont soumis à des retraites, au camp du Groupement des forces spéciales, à Forécariah. 

Et ce n’est pas au gouvernement dirigé par Amadou Oury Bah de déroger à cette règle désormais instituée par les actuels dirigeants du pays.

Depuis sa retraite ce week-end, le Premier ministre, arborant le treillis militaire à l’image des autres membres du gouvernement, a justifié cet état de fait par ce qui suit : “C’est une manière de montrer que l’armée en tant qu’institution, les hommes et les femmes en situation de responsabilité doivent se mettre dans la peau de ceux qui sont chargés de veiller à la souveraineté et à l’intégrité du territoire national et penser à ceux et celles qui de par leur mission et leur engagement, ont décidé de donner leurs vies pour que les autres puissent vivre libres et indépendants. C’est un acte de reconnaissance et c’est très important d’assurer une bonne compréhension de cet aspect symbolique. C’est également pour nous autres, un cheminement initiatique. On enlève nos manteaux de responsables, on se met dans la peau de simples soldats, on vit la vie du simple soldat. C’est une manière de réapprendre le sens de l’humilité et le sens de l’écoute et de l’empathie vis-à-vis de ceux qui sont «en bas de l’échelle”.

Mais au-delà de ces propos, les internautes ont réagi au nouvel accoutrement du Premier ministre Bah Oury, sur la page officielle de Guinéenews.

Pour Mohamed Souaré Kaba, ceci est “une image de regret après examen de la situation générale et vu le dégât, il se dit si je savais”.

Pour sa part, Amadou Diallo réalise qu’en Guinée, “le militaire a dominé l’intellect…

Quel triste sort !”, s’exclame-t-il.

Dans cette image, “Mamadou  Fatou Barry trouve l’expression de “la sagesse dans l’engagement au service de son peuple”.

Optimiste, Amara Diaby soutient que le Premier ministre vise une ligne [difficile] à tracer, mais pas impossible.

“[Ses] yeux sont également pointés dans un angle auquel lui seul détient les solutions. Souhaitons juste la longévité de ce Monsieur ; il fera rayonner ce pays”.

De son côté, Sacko Ismaël découvre l’image d’un soldat revenant d’un combat où il a laissé tout son matériel de guerre dans les mains de l’ennemi et s’est sauvé la tête (évadé de prison). Quel compte-rendu il peut faire sans sa troupe ?”, s’interroge cet internaute.

Quant à Abou Bakr As-Siddiq Sow, il pense que le Premier ministre a trahî le peuple. “Uniforme et esprit militaire. Cette transition va échouer. Cette pensée là ! Comment glisser le chronogramme électoral de décembre 2024 . Et comment aider Doumbouya à s’éterniser au pouvoir”, soutient-il.

Et de l’avis de Lah Bita Suomou, Bah Oury est dans la posture d’un “général sans troupe, ni solution. Le visage ne rassure pas. Il est inquiet”.