Solidarité aux victimes de l’incendie : le transport, le maillon faible de la chaîne 

En dépit du fort élan de solidarité autour des sinistrés de l’explosion du dépôt de carburant de Conakry dimanche dernier, la chaîne n’est pas sans failles. Parmi elles, le manque de véhicules pour transporter les aides venues de toutes parts, vers les bénéficiaires qui sont loin des denrées qui leur sont destinées.
C’est le constat que Guineenews a fait en fin de matinée ce mardi 19 décembre à l’esplanade de la grande mosquée Faycal où des volontaires particuliers, des ONG et des représentants de l’administration font ce qu’ils peuvent pour aider leurs compatriotes sinistrés.
Sur place, beaucoup de denrées, y compris des aliments préparés donc périssables sont restés longtemps à l’attente d’être acheminés vers les destinataires. Pour cause, les véhicules sont rares, faute de carburant parce que les stations services sont fermées par l’Etat depuis plus de 24 heures, par « précaution ».
C’est aux environs de 14 heures que quelques pick-ups et camions des forces de défense et de sécurité sont arrivés à Fayçal d’où certains sont répartis chargés vers les sinistrés.
Un aspect que la cellule de crise que la hiérarchie doit prendre en compte pour ne pas être un goulot d’étranglement dans la chaîne de solidarité si merveilleusement construite de façon spontanée par les bonnes volontés avant même l’arrivée de l’administration.