Structure gouvernementale : les réserves et interrogations du président de la GéCi

La nouvelle « structure » gouvernementale dévoilée mardi soir ne rassure pas le président de la GeCi (Génération Citoyenne). En tout, il y a plein d’interrogations dans sa réaction.

En effet, « à propos du prochain gouvernement, si la nomination d’un nouveau PM se limitait à prendre acte, la reconduction à l’identique de l’ossature gouvernementale ne présage rien de bon. Un simple remaniement aurait été suffisant », déclare Fodé Mohamed Soumah dans un message reçu par Guineenews.

Pour le président de la GeCi, « une dissolution provient le plus souvent d’un constat d’échec qui entraîne la non-reconduction à l’identique de la structure incriminée et de son contenu. »

Poursuivant, monsieur Soumah estime que « face à la situation économique désastreuse du moment, le meilleur indicateur devrait concerner le train de vie de l’État, à commencer par un gouvernement resserré et une économie d’échelle à tous les niveaux. »

Mais, observe-t-il, « il y a une opacité totale sur tout ce qui se fait. Au point que l’on se demande si nous sommes en période transitoire. Un PM qui débarque en pleine morosité socio-économique annonce une croissance à deux chiffres en moins de neuf mois du terme de la transition. Puis un gouvernement de près de 30 ministères, alors que c’était une opportunité de procéder à des coupes budgétaires et des choix drastiques. »

Et de s’interroger : « où va la Guinée pendant que l’emploi est au plus mal, la paupérisation se généralise, le tissu social est en lambeaux, l’insécurité grandissante, la concorde nationale qui s’effrite, le dialogue inter-guinéen au point mort ?

Une longue liste d’interrogations à la suite de laquelle, l’ancien député estime « qu’il est temps pour la junte de justifier le pourquoi du comment du coup de force, car le changement dans la continuité ne peut pas développer un pays. »

Dans la même logique, pour monsieur Soumah, « si le Président de la transition estime que le précédent gouvernement a échoué, il ne devrait pas y avoir de « recyclage ».  » Et d’ajouter : « sinon, il suffisait simplement de changer quelques membres, au lieu que le pays soit figé à nouveau. »

Cela dit, le président de la GeCi affirme que « le retour à l’ordre constitutionnel à travers des élections. C’est de ça qu’il s’agit en priorité. » Raison pour laquelle, « allons à l’essentiel pour le bonheur du peuple de Guinée », préconise-t-il.