Tougué: une femme violée par un agent dans les locaux de la gendarmerie de Koin

Venue régler une affaire de dette qui l’opposait à une tierce personne dans les locaux de la gendarmerie de Koin, jeudi dernier, le jour du marché hebdomadaire de la localité. 

La victime serait malheureusement tombée dans les mains de l’agent Fassou Loua qui aurait abusé d’elle dans son bureau en pleine journée. Après l’éclatement de l’affaire au grand jour, le présumé auteur de ce viol a été arrêté et déféré à la gendarmerie préfectorale de Tougué où le dossier est pendant devant la justice de paix selon des informations rendues publiques par le sous-préfet de Koin.

 

C’est ce vendredi 08 mars 2024 en marge de la célébration de la journée internationale des droits de la femme que le dossier a éclaté dans la commune rurale de Koin relevant de la préfecture de Tougué. Interrogé ce samedi matin, Alpha Oumar Tombon Baldé, le sous-préfet de Koin explique : « Le soir vers 19 heures, j’ai reçu une femme qui m’a informé qu’elle a été victime de viol dans le bureau du gendarme de Koin. Un gendarme qui s’appelle Fassou Loua. Elle m’a informé tardivement parce que le viol en question s’est passé pendant la journée et c’était le jour du marché. La dame en question était à la gendarmerie pour rembourser une dette qu’elle doit à quelqu’un. Ce jour, elle a envoyé un montant de 140 000 gnf. Le gendarme lui dit qu’elle ne bouge pas sans terminer le montant selon ce qu’elle m’a raconté », entame-t-il.

Ainsi, le gendarme s’est vite arrangé pour être seul avec la dame dans son bureau avant de se jeter sur elle comme le souligne ici le sous-préfet de Koin. « Le gendarme a chassé son adjoint qui était à côté, il s’est levé pour fermer la porte et finalement, il est tombé sur elle. J’ai demandé à la femme pourquoi elle n’a pas crié parce qu’il y avait des gens dans l’enceinte même de la gendarmerie. Il y avait des gens qui étaient là partout.  Pourquoi tu n’as pas crié ? Elle dit qu’elle n’a pas voulu crier pour attirer l’attention de tout le marché et qu’elle ait honte », ajoute le sous-préfet.

Une affaire qui a aussitôt fait monter la tension dans le village avec des jeunes qui voulaient se rendre justice. Heureusement, Alpha Oumar Tombon Baldé a pu gérer le mouvement à temps. « Finalement quand elle a informé beaucoup de monde, des jeunes ont commencé à se former pour venir venger en s’attaquant au gendarme. J’ai sensibilisé les jeunes, je les ai dissuadés et ils ont laissé l’affaire dans mes mains. J’ai vu qu’il faut appeler son commandant à Tougué et l’informer. Il a dépêché quelqu’un immédiatement pour venir chercher le gendarme à 04 heures du matin. Ensuite, il m’a informé qu’il a déposé le gendarme en prison en attendant d’y voir plus clair. Le matin, j’ai informé le mari de la femme et la femme elle-même en leur demandant de se rendre à Tougué à partir de la gendarmerie et la justice et c’est ce qui fut fait.  Actuellement, ils sont tous à Tougué », déclare le sous-préfet.

Pour l’instant tous les regards restent braqués vers la justice de Tougué autour du dénouement de cet énième cas de viols enregistrés dans cette préfecture de la région administrative de Labé.